Jour 34/80 — Red Velvet

Le tour de Londres en 80 jours

En ces temps d’incertitude, j’ai besoin d’une ligne de vie, d’un horizon ; j’ai donc — de façon quelque peu arbitraire, je l’admets — fixé une date. Le 1er avril sera mon horizon ; et ma ligne de vie, les 80 jours qui m’en séparent.

Et comme le temps n’est pas aux tours du monde, je vous propose un « Tour de Londres en 80 jours » : Quatre-vingt impressions de Londres, quatre-vingt histoires, lieux, pensées issu(e)s de mon expérience de cette ville formidable et affolante.

Jour 34 : Red Velvet

Ah, Borough Market et ses trésors culinaires ! Que vous soyez à la recherche d’un morceau de viande de choix ou simplement d’une bonne tartiflette à emporter, Borough Market est the place to be. Tous les jours sauf le dimanche, vous y trouverez un marché bouillonnant d’activité, avec des dégustations tous les deux étals. En vous organisant un peu, vous pourriez presque en faire un repas gratuit, façon tapas, avant de décider quelles denrées de choix acheter.

Et quand, votre repérage achevé, ayant été partout et tout goûté, vous aurez envie d’un peu de repos autour d’un café bien chaud, j’ai ce qu’il vous faut : un paradis de café et de gâteaux, dans une petite rue à deux pas du marché.

Un jour glacial d’hiver l’année passée, j’ai poussé la porte couleur framboise de ce minuscule salon de thé. Alors que je tentais maladroitement de m’y retrouver dans le menu des boissons (« Quelle est la différence entre un latte et un flat white ? Ah, ok. Et un Americano, alors, c’est quoi ? Et un mocha ? »), mon regard fut attiré par un superbe gâteau de couleur rouge.

« Et ça, c’est quoi ? »

« Un « Red Velvet », mademoiselle. C’est un cacao spécial qui lui donne cette couleur.« 

Intriguée, j’ai décidé d’essayer. De toute façon, je n’ai jamais pu résister à quoi que ce soit d’aussi passionnément rouge. Après une gorgée réconfortante de café brûlant, j’ai pris une première bouchée. Subtil, pas trop sucré, et vraiment velvety. Un gâteau de velours à se damner.

Mais ce qui m’a le plus marquée, ce qui m’est resté, c’est ce rouge profond, cette étincelle de couleur si vitale dans cette nuit d’hiver sombre et grise.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.