Jour 15/80 — Rendez-vous

Le tour de Londres en 80 jours

En ces temps d’incertitude, j’ai besoin d’une ligne de vie, d’un horizon ; j’ai donc — de façon quelque peu arbitraire, je l’admets — fixé une date. Le 1er avril sera mon horizon ; et ma ligne de vie, les 80 jours qui m’en séparent.

Et comme le temps n’est pas aux tours du monde, je vous propose un « Tour de Londres en 80 jours » : Quatre-vingt impressions de Londres, quatre-vingt histoires, lieux, pensées issu(e)s de mon expérience de cette ville formidable et affolante.

Jour 15 : Rendez-vous

Oh, the grand old Duke of York He had ten thousand men He marched them up to the top of the hill And he marched them down again

And when they were up, they were up And when they were down, they were down And when they were only half-way up They were neither up nor down

Si vous avez grandi dans un pays anglophone, il est probable que vous connaissez cette comptine, qui a rendu le second fils de George III célèbre jusqu’aujourd’hui.

Pour ma part, j’ai grandi dans un environnement francophone, et n’ai donc jamais entendu parler du Grand Duc de York, Frederick Hanover, avant de venir vivre à Londres. Et pourtant, il est rapidement devenu une part intégrale de mon quotidien, étant donné que sa statue (perchée au sommet d’une colonne entre la place de Waterloo et le Mall) est un point de rendez-vous courant pour les visites guidées.

D’ailleurs, si vous vous postez en face, au bord du Parc St James un matin, vous verrez un phénomène intéressant. Chaque matin, des hommes et femmes bien habillés apparaissent, l’un après l’autre, leur drapeau ou leur parapluie plié sous le bras : des guides touristiques.

Si vous venez assez tôt, vers 8h45-9h, ils semblent détendus, discutant autour d’un café sur les marches qui montent vers la colonne du Duc de York. Mais rapidement, l’atmosphère se transforme : ils se lèvent, lissant leurs vêtements et hissant leurs drapeaux (ou parapluies) ; ils se tiennent droits et fiers, s’assurant d’être bien visibles pour les touristes.

Vers 9h30, le paysage est complètement différent : nos guides sont à présent le plus loin possible les uns des autres, chacun entouré de son groupe. Et le spectacle commence, dans un style propre à chacun.

« Mesdames et messieurs, préparez-vous à découvrir la face cachée de Westminster… »

« Bonjour tout le monde, je m’appelle Suzanne et je serai votre guide aujourd’hui… »

« En 1834, cette colonne fut dressée en l’honneur de… »

« Hello les amis, vous êtes prêts pour une visite d’enfer ? »

C’est un beau spectacle, ce ballet de guides le matin à la colonne du Duc de York. Espérons qu’il se poursuive encore pendant de nombreuses années.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.